Samedi dernier, le 23 juillet, la finale de notre concours d'improvisation a eu lieu dans la Grote de Saint-Bavon. Cependant, la soirée n’a pas fait de gagnant. Le jury, présidé par l'organiste et improvisateur allemand Ansgar Wallenhorst, a indiqué qu'il attendait davantage d'innovation, de créativité et d'originalité. Afin d'améliorer la qualité non seulement du concours d'improvisation de Haarlem, mais aussi de l'art de l'improvisation en général, elle a décidé de ne pas décerner de prix hier.

Depuis 1951, le Concours d'Improvisation est au cœur du Festival International d'Orgue de Haarlem, qui a lieu tous les deux ans à Haarlem et attire des visiteurs du monde entier. La semaine dernière, huit jeunes musiciens ont partagé leur passion pour l'orgue avec leurs collègues et le public. Les organistes Sebastian Benetello (D), Marcel Eliasch (D), Niklas Jahn (D), Cyril Julien (CH) et Evan Bogerd (NL) ont été éliminés après deux tours d'improvisation. Les organistes Harmen Trimp (NL), David Kiefer (D) et Wouter van der Wilt (NL) étaient les trois finalistes hier soir. Il leur était demandé de jouer deux improvisations, une basée sur un thème nouvellement composé par Thomas Lacôte et une improvisation libre en accompagnement de trois films muets d'environ cent ans.

Le jury international, composé de Zuzana Ferjenčíková (SLO/A), Vincent Thévenaz (CH), Dominik Susteck (D), Martijn Padding (NL), Gerben Mourik (NL) et présidé par Ansgar Wallenhorst (D), n'a pas déclaré de vainqueur. Selon eux, les organistes manquaient de techniques d'improvisation nouvelles et expérimentales. Le public a cependant pu voter et le prix du public (1000 euros) a été attribué au Néerlandais Harmen Trimp.

L'innovation et l'innovation en particulier sont au cœur de la mission du festival. A chaque nouvelle édition, le jury attend de nouvelles techniques de jeu, des expériences d'improvisation stimulantes et des univers sonores inspirants. Selon le jury, les résultats n'ont pas été à la hauteur des attentes.

Interrogé, le président du jury, Ansgar Wallenhorst, a déclaré :

« Haarlem a toujours été l’endroit où l’art de l’improvisation est le meilleur au monde. Chaque organiste admire ce festival. C'est un lieu d'invention, d'originalité et de créativité. En raison de la pandémie, les organistes ont manqué la routine des concerts, des collaborations et des interactions avec le public. Nous pensons que c'est l'une des raisons pour lesquelles les performances d'improvisation des participants du Festival international d'orgue de Haarlem n'ont pas atteint le niveau d'improvisation exceptionnel pour lequel Haarlem est connue : surprendre le public avec de nouveaux itinéraires, des techniques expérimentales, des improvisations uniques jamais entendues auparavant.

En tant que jury, nous nous sentons responsables de maintenir le haut niveau du concours d'improvisation de Haarlem pour l'avenir et avons décidé de ne pas attribuer le prix à l'un des finalistes, mais nous conseillons au conseil d'administration du Festival international de Haarlem d'utiliser l'argent du prix comme un investissement. chez les jeunes talents en improvisation pour orgue. En tant que jury, nous nous sentons fortement liés au festival et nous nous engageons à soutenir ces jeunes talents dans leur cheminement vers l’excellence de toutes les manières possibles.

Le conseil d'administration du Festival international d'orgue tiendra compte des conseils ci-dessus et fournira plus de nouvelles sur l'objectif du prix en argent plus tard cette année.

0
    0
    Voir le panier
    Votre panier est videRetour à la boutique
    Aller au contenu